Qualité de Vie et Bien-être au travail, quelles différences ?

Dans le cadre de la Qualité de Vie et de Bien-Être au Travail, j’ai eu la joie d’animer des ateliers de sophrologie sur la gestion du stress.  Une semaine sur la QVT et Bienêtre des salariés où j’ai pu expliqué le fonctionnement du stress, et comment la Sophrologie peut intervenir dans le cadre de QVT et Bien-être au travail. A la fin de cette semaine riche d’échanges, le service de la Direction des Ressources Humaines a souhaité communiqué sur cette semaine et l’on m’a demandé ce qu’était pour moi la différence entre QVT et Bien-être au travail. L’idée m’est venu de faire cet article afin d’expliquer à tous les différences très subtiles !

Quelles différences ? 

Les notions de QVT et de bien-être au travail sont souvent confondues et c’est assez normal, leurs frontières étant très floues ! En réalité, il y a une légère différence entre les deux concepts. La QVT désigne l’ensemble des conditions dans lesquelles les employés travaillent au quotidien, alors que le bien-être est défini par l’OMS comme étant « un état d’esprit caractérisé par une harmonie satisfaisante entre d’un côté les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur et de l’autre les contraintes et les possibilités du milieu du travail ».

Le bien-être au travail est donc beaucoup plus subjectif. C’est une perception des employés qui ne peut être mesurée qu’avec des chiffres par exemple, ni même qu’avec des facteurs objectifs.

L’ANI (Accord National Interprofessionnel) a proposé en 2013 une autre définition : “La qualité de vie au travail désigne les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises. La notion de QVT peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué.”

Le concept de QVT est avant tout associé à une notion de démarche. C’est une démarche globale qui doit être mise en place dans l’entreprise pour atteindre les objectifs de combiner productivité, efficacité, satisfaction des employés et amélioration des conditions de travail.

Aménager un atelier pour gagner en efficacité et mieux répartir la charge de travail, tester à l’occasion d’un projet de transformation de nouvelles manières de coopérer, s’appuyer sur le numérique pour enrichir et redéployer les compétences, négocier de véritables accords de méthode… c’est aussi ça la QVT  ! 

Comment favoriser le bien-être des salariés ?

Au-delà d’une simple question de rémunération, la qualité de vie au travail a un impact direct sur la motivation des salariés d’une entreprise, et donc in fine sur leur productivité. Parmi les éléments-clés favorisant le bien-être au travail, on peut citer : l’embellissement et le confort de l’espace de travail, l’établissement d’une bonne entente et d’une relation de confiance entre collègues, ainsi qu’une meilleure écoute ou attention de la part de la hiérarchie pour les travailleurs. La mise en place d’un plan de prévention du stress dans les entreprises est également primordiale en matière de bien-être au travail, puisque le stress est reconnu comme une source majeure de problèmes de santé, entraînant à la fois des symptômes physiques, comportementaux et cognitifs.

Quelle prévention sur les facteurs de stress ?

L’employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés au travail. Pour remplir cette obligation, il doit privilégier les actions de prévention collective. Celles-ci permettent en effet d’agir sur les causes du stress plutôt que sur ses symptômes.

Les 6 facteurs clés de la Qualité de vie au travail

Selon l’ANACT (l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail), il existe 6 facteurs clés de la QVT :

  • Les relations sociales et professionnelles : reconnaissance envers les salariés, type de management, interactions dans l’entreprise, égalité des salariés, relations avec les collègues, rôle des managers, etc
  • Le contenu du travail : type de poste, missions, variété des tâches, autonomie, niveau de responsabilité, travail d’équipe ou individuel, type de gestion, outils à disposition, etc
  • L’environnement de travail physique / la santé au travail : temps de travail, horaires, équipements, locaux, risques professionnels et prévention, politique de télétravail, services proposés aux salariés, environnement du salarié (bruit, espace, température ou encore lieu), etc
  • Le partage et la création de valeur : performance, productivité et participation à l’activité de l’entreprise.
  • Le développement professionnel : intégration, formation, évolution de carrière, montée en compétences, parcours du salarié dans l’entreprise.
  • L’équilibre professionnel et l’égalité des chances : équilibre vie privée/ vie professionnelle, diversité, non discrimination, horaires de travail, égalité professionnelle, égalité homme/femme,etc…

ET LA SOPHROLOGIE : comment s’inscrit elle dans le cadre de plans de prévention ?

La Sophrologie s’inscrit complètement dans le cadre de plans de prévention des risques psychosociaux, conciliant les exigences professionnelles et le mieux-être des salariés. Elle contribue à placer l’être humain et la qualité de l’environnement de travail pour le corps et l’esprit au centre de cette démarche.

La sophrologie permet d’intervenir notamment sur les éléments suivants qui contribuent à la qualité de vie au travail :

  • la prévention des effets néfastes du stress sur la santé,
  • la capacité à relativiser, à prendre du recul, à lâcher prise par un apprentissage de la détente et une amélioration de la respiration,
  • la gestion des émotions avec une récupération physique et mentale,
  • la capacité d’écoute, la concentration et la créativité,
  • la capacité d’être à l’écoute de ses besoins fondamentaux dans le respect de ses valeurs,
  • la prévention des risques professionnels (burn out),
  • le renforcement de la cohésion d’équipe (partage en séance) ainsi que l’amélioration des résultats d’équipe par l’optimisme, le dynamisme et la confiance dans une atmosphère bienveillante,
  • la limitation des troubles musculo-squelettiques (TMS) par la libération des tensions corporelles et la prise de conscience de sa posture.

Globalement, la sophrologie permet de prévenir de nombreuses situations de détérioration de la qualité de vie au travail en permettant de prendre l’habitude de décompresser, de mettre son corps en mouvement et d’apaiser son esprit tout en travaillant sur soi.

Entreprise, agissez !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *